Archives mensuelles : mai 2014

L’abécédaire Anba Macaya – Dernier chapitre: Que de belles rencontres!

A son retour l’équipe à suivi l’excellente idée de Marie-Pierre, celle de faire un abécédaire.
Nous vous proposons donc en quelques lettres, dans le désordre, de vous faire revivre avec nous cette extraordinaire expérience au coeur de la forêt haïtienne du Parc National Macaya.

Participer à une expédition, c’est aussi et surtout l’opportunité de partager avec les habitants, de découvrir non seulement leur coin de pays, mais leurs habitudes, échanger avec eux, rire souvent. Et nous avons rencontré des personnes extraordinaires, qui resteront dans nos coeurs.

Et nous, c’est rien moins qu’avec une star internationale du rock que nous parcourrions les montagnes, loin d’être mornes en sa présence!

E comme Elvis

Elvis, dans toute sa splendeur et son chic des hauteurs

Elvis, dans toute sa splendeur et son chic des hauteurs

Elvis, Beaublanc, Bazile, Lemy, Merassaint, Gino, Nènè, Ezinor, Rosa etc. Ils ont été nombreux nos guides durant cette expédition, à se mettre en quête de trous !

 

Elvis cependant a toute sa place dans cet abécédaire. Outre son penchant pour les chapeaux colorés, son style vestimentaire impeccable – les chaussettes toujours assorties au tee-shirt – son don pour jouer de la contrebasse à une corde, il est aussi le véritable « bousolye » (homme-boussole) d’Anba Macaya.

 

Il connaît l’ensemble des chemins, des recoins, des cailloux, des arbres aussi de cette montagne. On parle souvent de déforestation en Haïti, mais à Formon se trouve un homme qui étiquette les arbres qu’il a planté pour suivre leur croissance et comprendre leur développement en fonction des espèces. Ça ne vous rappelle pas une histoire de Giono ?

Et pour ceux qui se demanderaient comment nous communiquions, croyez-en nos expériences, la langue n’est jamais une barrière pour qui s’intéresse à découvrir l’Autre.

K comme Kreyol

Le Kreyol : la langue locale. C’est un doux mélange d’ancien français, d’anglais, de langues africaines, d’espagnol aussi. Dans les mornes, à la campagne, il a bien fallu que l’équipe s’y mette un peu parce que les habitants ne parlent que rarement français.  Marie-Pierre le parlait déjà, Olivier et Stéphanie le comprenaient et Pascal et Jeff se sont concentrés sur quelques locutions essentielles, qu’ils ont vite maitrisées.

Jeff présente son matériel de photo à des Haïtiens fascinés

Jeff présente son matériel de photo à des Haïtiens fascinés

 

 

 

 

 

 

 

En tout, nous pouvons dire que nous avons plein de nouveaux Zanmi !

 

Celui-là est facile à traduire en français, non ?

Soirée photos de Jeff

Soirée photos de Jeff

 

 

 

 

 

 

zanmis

Merci à toutes et tous, et à bientôt!

Communiqué: L’expédition Anba Macaya, pour valoriser les valeurs éducatives de la spéléologie auprès d’une classe de CM1 de Strasbourg

D’où vient l’eau en bouteille ? Où va l’eau des égouts ?

C’est en parallèle de l’expédition spéléologique « Anba Macaya, verticales souterraines » que des élèves de CM1 de Strasbourg ont étudié le cycle de l’eau. De l’Alsace en passant par Haïti, ils ont poursuivi leur cursus scolaire en suivant cette épopée Caribéenne. Ils ne se doutaient pas que cela les mènerait sous terre, dans le Doubs !

Du 17 au 21 juin 2014, lors d’une classe verte organisée par Mme Anabelle Rodrigues, professeur des écoles en poste à l’école internationale Robert Schuman de Strasbourg, et coordonnée par la Fédération Française de Spéléologie pour qu’elle soit une classe pilote,
ces 25 élèves découvriront des grottes tout en réfléchissant aux moyens de préserver l’eau, cette ressource naturelle fragile.  Qui sait ce qui les attend au fond des cavernes ? 

De l’eau et des lettres

Tout commence avec l’idée d’une correspondance entre les élèves de la classe de CM1 de Madame Rodrigues et les membres de l’équipe de l’expédition spéléologique en Haïti, « Anba Macaya, Verticales souterraines » qui se déroulait du 21 septembre au 1er novembre 2013. Le projet évolue, et l’objectif est de relier l’étude du cycle de l’eau en milieu urbain – un sujet qui figure au programme scolaire – avec la présence de l’eau dans le milieu souterrain. Des origines de l’eau du robinet en passant par le devenir des eaux usées, les élèves se sont demandés d’où venait l’eau des sources et des grottes. Et de corde en descendeur, ils se sont intéressés à cette pratique méconnue, la spéléologie.

Rapidement, les idées fusent et un projet plus complet prend forme, car Mme Rodrigues est séduite par la multiplicité des apports de la spéléologie à l’éveil de l’enfant.

« La spéléologie permet de travailler dans des domaines disciplinaires très variés : Langue française, EPS et sciences, mais également environnement et développement durable, géographie, informatique… » souligne-t-elle. Et elle ajoute « Il s’agit de progression spéléologique certes, mais j’y vois surtout de véritables progressions dans le vivre ensemble ».

Une classe pilote pour la Fédération Française de spéléologie (FFS)

Devant tant d’enthousiasme, de là à ce que l’initiative se transforme en une classe pilote nationale en matière de la promotion de la spéléologie en milieu scolaire, il n’y avait qu’un pas. Et José Mulot, Conseiller Technique National, l’a franchi. Pour le pôle développement de la FFS, cette classe de découverte de spéléologie est pilote car elle sera transposable tant sur la forme que sur son contenu à d’autres classes mais aussi aux Accueils Collectifs de Mineurs (ACM) qui sollicitent souvent la FFS.

Des petits découvreurs en baudrier

Marie-Pierre Lalaude-Labayle, qui a déjà eu la chance de rencontrer les élèves deux fois en 2013 avec d’autres membres de l’expédition, se réjouit de cette classe verte. « L’équipe est très contente de partager son expérience avec les élèves. Leur curiosité et leur perspicacité sont incroyables et participer à un projet où l’école nourrit pleinement leur envie d’exploration nous fait extrêmement  plaisir ».

Gageons qu’à l’issue de cette classe, les élèves auront pu apprécier le fruit du travail millénaire de l’eau. Et ils devraient être en mesure d’établir le cycle de l’eau en milieu karstique, de la source à la résurgence. Ils partageront avec nous en cours de classe leurs découvertes et impressions, via des textes, des dessins et des témoignages vidéo. Nous pourrons alors leur demander de répondre à la question L’eau est-elle une ressource inépuisable ?

Contact: Stéphanie Jagou, Chargée des communications pour l’expédition, media@expedition-anba-macaya.fr   –    +33 (0)6 31 85 77 80

Des photos libres de droits sont disponibles sur demande. Le dossier de presse de la classe de découverte est téléchargeable ici: DP-Classe-pilote-speleo-juin2014

Pour en savoir plus sur l’expédition:

FB : Anba Macaya Verticales Souterraines

www.grottesdhaiti.org

L’abécédaire Anba Macaya : 6ème chapitre: Écoutez le professeur !

A son retour l’équipe à suivi l’excellente idée de Marie-Pierre, celle de faire un abécédaire.
Nous vous proposons donc en quelques lettres, dans le désordre, de vous faire revivre avec nous cette extraordinaire expérience au coeur de la forêt haïtienne du Parc National Macaya.

Chers élèves, nous commençons cette semaine avec une lettre oh! combien recherchée mais peu utilisée au scrabble…

Q comme « Quel beau métier, professeur »

Premier puits équipé par Stéphanie

Premier puits équipé par Stéphanie

 

Cette expédition comportait des spéléologues et des non-spéléologues. Avec une réduction des effectifs de 7 à 5 membres, il s’agissait de rapidement autonomiser tout le monde à la descente de puits en solitaire. Rapidement, Stéphanie et Marie-Pierre équipent des puits seules, grâce à des professeurs d’exception !

 

Un ti' moun découvre le matériel spéléologique

Un ti’ moun découvre le matériel spéléologique

 

 

Plus tard, l’équipe a installé une corde sur poulie à deux reprises sur des arbres, pour permettre aux Haïtiens d’apprendre la remontée sur corde avec le matériel de spéléologie. Les enfants ont adoré, les adultes étaient plus réticents.

 

 

 

Et enfin, au retour de l’expédition, Stéphanie, Marie-Pierre et Jeff sont allés à la rencontre des élèves de CM1 d’Anabelle Rodrigues de l’école internationale Schumann à Strasbourg, pour répondre à leurs questions sur l’origine de l’eau dans les grottes, les sensations en spéléologie et la dangerosité d’une expédition.

Présentation aux élèves de CM1 de l'école internationale de Strasbourg

Présentation aux élèves de CM! de l’école internationale de Strasbourg

L’intervention s’inscrit dans le cours sur le parcours et la gestion de l’eau de ces élèves. Superbes dessins des enfants, présentation de photos, curieuses questions et nombreux sourires ont ponctué les joyeuses heures passées ensemble. L’expérience se poursuit à l’été 2014 avec une classe verte dans le Doubs.

(Bientôt des nouvelles de cette nouvelle aventure, sur le blog.)

 

Nous avons passé de superbes moments en compagnie de ces jeunes et moins jeunes qui s’intéressent à leur monde souterrain et toutes les merveilles qu’il renferme.  Et nous avons fait de géniales rencontres …

Rejoignez-vous la semaine prochaine, nous vous présenterons nos nouveaux amis.