Archives mensuelles : juin 2014

Li frèt, li gwo !

Le départ, c’est déjà pour le lendemain. Mais il reste quelques heures encore pour découvrir les merveilles du travail de l’eau.

Les marmites par exemple. Les résurgences et les cascades.

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

Les falaises majestueuses.

Les grottes décapitées aussi.

 

 

 

Comment?

Grotte Sarrazine (speleo_usf.blogspot.fr)

Grotte Sarrazine (speleo_usf.blogspot.fr)

une salle tellement grande que la classe tiendrait dedans ? Voire quelques bâtiments de l’école ! C’est dire l’immensité de cette Salle Sarrazine.

Qui a parlé de claustrophobie et espaces étroits en spéléologie ?

 

 

Et puis la spéléologie, c’est aussi l’occasion de faire de la pêche et parfaire ses connaissances biologiques.

Découvrir les habitants de l’étang formé au pied de la Salle.

L'utilisation de l'appareil de prise de mesures

L’utilisation de l’appareil de prise de mesures

Les différents stades d’évolution du têtard, voire du triton. Ou même de la salamandre. On évitera les sangsues quand même.

Et c’est quoi ce trou d’eau? et bien ç’est un siphon, et ça fonctionne comme dans l’évier de la salle de bains ou la cuisine, sauf qu’ici l’eau en période de grandes pluies est aspirée par ce siphon d’apparence si calme aujourd’hui, et pouf, elle ressort de cette cavité que l’on aperçoit au loin dans la falaise. La légende dit que Madame Billard a été aspirée tellement le courant était fort, et le corps rejeté dans la résurgence, bien plus loin… d’ou le nom du fameux creux Billard.

 

 

Source du Lison (www.besac.com)

Source du Lison (www.besac.com)

Bizarrement, au moment de se baigner à la source du Lison, peu de volontaires vont au delà de tremper les orteils pour attraper les cousins des rivières des niphargus qu’on a observé en grotte. Que dit le thermomètre ? ah oui, 9 degrés…. C’est pas chaud, hein ? ok, on se baignera à la piscine du centre.

 

Mais quand même rapidement les jeux d’eau sont créatifs. Le foot ou le ping-pong pratiqué au centre prennent une nouvelle dimension, chevelue, filandreuse, humide : au menu, bataille d’algues.

Bon, c’est vrai quoi maîtresse, on peut pas non plus apprendre tout le temps, et il faut bien mettre le cerveau au repos de temps en temps…

Alors ce soir, fatigués enfin ? que nenni, et hors de question de rater la super boom du dernier soir. Mais c’est ici que se finit notre récit…. 

Quelques mots pour la fin

REX  (mais non, pas le tyrannosaure !)

On s'amuse beaucoup en spéléo!

On s’amuse beaucoup en spéléo!

Les enfants sont enchantés.

Souvent une première expérience loin des parents, cette classe verte a en plus permis aux élèves de mieux se connaître en confrontant certaines peurs, comme celle du noir, et de créer des liens solides d’entraide et de vie en commun.

Parions que l’an prochain, Mme Rodrigues leur proposera un programme tout aussi passionnant. Et nous, nous avons hâte de les retrouver sous terre un de ces jours !

 

Petits découvreurs en baudrier

Jeudi 19 juin, c’était le jour J ! Une journée entière passée sous terre. Dans la Grotte des Cavottes.

« C’est sur qu’on a pouvoir sortir ? »  Le ton oscille entre l’affirmation et la question. Entre le défi et la crainte. Dans cette journée unique pour eux, les élèves découvrent le noir complet. Pas de filet de lumière sous la porte, pas de clignotant de réveil électronique ou de boîte ADSL. Pas de lampadaire derrière les volets. Du noir plus noir que … noir.

Nos petits explorateurs en baudrier découvrent le milieu souterrain

Nos petits explorateurs en baudrier découvrent le milieu souterrain

La veille déjà ils avaient eu une « mise en bouche ». Un premier test. Certains avaient vraiment apprécié, d’autres… moins.

« Moi j’ai adoré le noir, et quand on a fait le silence complet aussi. On entendait juste des goutes d’eau tomber. Ça change de la maison, ou il y a toujours du bruit. »

 

 

C’est l’occasion de renforcer les valeurs d’entraide dans le groupe, et de comprendre que dans un tel milieu, c’est la solidarité et l’esprit d’équipe qui prévaut.

Marie-Pierre aide les élèves à progresser sur la main courante, avant la descente du puits

Marie-Pierre aide les élèves à progresser sur la main courante, avant la descente du puits

 

La progression et le passage sur corde sont d’autres moyens de mettre ces valeurs en pratique. Une main qui aide à avancer dans un passage étroit. Une pression de l’épaule pour rassurer le camarade. Attendre les retardataires. Répéter les consignes de sécurité et de respect du milieu aux autres.

 

Forger un esprit d’équipe. Attention à la punition pour ceux qui ne jouent pas selon les règles du jeu.

Au-delà de la sécurité, une autre consigne est tout aussi essentielle : il s’agit de préserver le milieu. Les grottes sont fragiles, et il faut les respecter.

Sur une bâche protectrice, ils s'apprêtent à déguster un premier repas sous terre. Une toute nouvelle expérience!

Sur une bâche protectrice, ils s’apprêtent à déguster un premier repas sous terre. Une toute nouvelle expérience!

En mangeant leur déjeuner installés sur une bâche plastique déposée au sol, les élèves ont appris qu’aucun déchet ne peut rester sur place.

Et ils retenu que rien ne peut être prélevé, sauf pour des fins d’étude scientifique agréée. Non, on ne peut pas ramener à la maison un petit bout de stalactite pour montrer au grand frère ou la petite sœur. Ils devront venir voir par eux même les merveilles intactes du milieu souterrain.

 

A la fin de l’expérience, ils sont contents d’eux, fiers de leur exploit. Et la maîtresse n’est pas en reste.

La spéléo, quelle drôle d'activité!

La spéléo, quelle drôle d’activité!

 

Les exclamations « Je n’ai plus peur d’entrer dans une grotte maintenant. Ni du noir ! » font écho au sourire de la maîtresse.

« Je ne suis pas mécontente d’avoir retrouvé la sortie ! Mais c’était très fort de partager ce moment avec eux. »

 

 

 

On pourrait penser que chargés de toutes ces émotions, de tous ces nouveaux apprentissages, nos chers bambins seraient juste prêts à se coucher en rentrant. Pensez-vous ! ils sont pleins d’énergie, ils courent à la piscine et même, ils prennent l’avion puis le bateau puis les chaussures de rando pour suivre les traces d’Olivier dans les grottes du Gabon.

Car les expéditions spéléologiques, elles ne se déroulent pas qu’en Haïti ou en Patagonie. Dans tous les pays, et sur le continent africain aussi. L’expédition Abanda, c’est une nouvelle occasion de réviser sa géographie, et sa biologie aussi !  Ils découvrent que des crocodiles orange (si si, ça existe) ont élu domicile au fond de ces grottes inhospitalières (« dites, c’est quoi le guano ? »).

Et un crocodile, c’est un mammifère ou bien ?? bon, on ne les piège pas si facilement ces enfants, on voit que Madame Rodrigues a travaillé sur la classification animale en classe.

Allez, au lit ! Demain il reste à découvrir les phénomènes karstiques de surface.

Les quoi ?

Graines d’explorateurs

« C’était trop bien d’aller sous terre! »

Voilà, c’est déjà fini. Les 23 élèves de CM1 de l’école internationale Robert Schuman de Strasbourg qui ont participé à la classe pilote de spéléologie dans le Doubs du 17 au 21 juin derniers sont de retour à la surface. Mais leur découverte des grottes les aura fait voyager bien plus loin en eux et dans leur imaginaire que les quelques mètres parcourus sous terre !

le Centre les Fauvettes, Levier, Doubs

Centre les Fauvettes, Doubs

Accompagnés par Mme Rodrigues, leur professeur, Yann Dabrowski et de Marie-Pierre Lalaude-Labayle, chef de l’expédition Anba Macaya, Verticales souterraines, les élèves sont arrivés à Levier, au centre de loisirs et de classes nature agréé par le Ministère de l’éducation, mardi matin.

Le programme de la classe était très varié, pour leur permettre d’établir le cycle de l’eau en milieu karstique, de la source à la résurgence. Et très complet aussi !

A peine installés, ils enfilaient déjà un baudrier, et découvraient les joies du parcours sur corde et de la tyrolienne.

Tous parés? attentifs, les élèves apprennent comment régler leur matériel

Tous parés? attentifs, les élèves apprennent comment régler leur matériel

Une première journée durant laquelle ils se sont familiarisés avec le vocabulaire spécifique à la spéléologie et au milieu souterrain et se sont préparés à leur première sortie sous terre du lendemain.

 

 

 

les filles se préparent à explorer les grottes

les filles se préparent à explorer les grottes

 

Mercredi matin, difficile pour eux de cacher leur excitation !

Ce mélange d’appréhension et de curiosité, carburant de l’explorateur, en a submergé plus d’un.

Ou d’une, car les filles n’étaient pas en reste !

 

 

Les élèves étaient encadrés par deux moniteurs Brevetés d’Etat choisis pour ce programme pilote défini en collaboration avec José Mulot, conseiller technique de la Fédération Française de Spéléologie.

Cette première découverte du milieu souterrain a permis aux encadrants d’aborder différentes thématiques, comme l’histoire, la géologie, le dessin, la physique ou la chimie.

Le moniteur BE explique des règles de base de la spéléologie

Le moniteur BE explique des règles de base de la spéléologie

 

Deux demis groupes étaient constitués et ont alterné les activités.

 

 

 

L’un en forêt pour découvrir, au delà des résurgences et des habitants des rivières, les propriétés des roches.

« Quand une pierre est faite de calcaire, il y a de la mousse blanche qui apparait quand on verse de l’acide chlorhydrique dessus.  Ça fait des bulles. Mais pas sur la pierre volcanique.»

Comment réagissent donc les roches à l'application d'acide chlorhydrique?

Comment réagissent donc les roches à l’application d’acide chlorhydrique?

 

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

 

L’autre groupe a évolué sous terre. Les enfants ont pénétré graduellement dans les profondeurs de la grotte des Faux monnayeurs où la sécurité liée à cet environnement spécifique a été soulignée : « la chose la plus précieuse dans cette grotte c’est vous ! ».

 

 

L'utilisation de l'appareil de prise de mesures

L’utilisation de l’appareil de prise de mesures

 

Le VTT prend une toute nouvelle signification aussi. Point de roue ni de balade en forêt, les mains crispées sur le guidon.

Aujourd’hui, le VTT c’est l’appareil qui permet de prendre des mesures de luminosité, de température de l’eau ou de l’air.

 

Les élèves réfléchissent sur les mesures qu'ils ont prises

Les élèves réfléchissent sur les mesures qu’ils ont prises

 

 

 

Chemin faisant, les élèves ont pu aussi échanger avec Olivier et Stéphanie, les membres de l’expédition Anba Macaya qui les avaient rejoint la veille. C’était aussi l’occasion de discuter des différences avec les cavités explorées en Haïti,  ou la manière dont la ressource eau est utilisée dans le pays.

 

Une petite hésitation, et hop! ça descend tout seul. Ou presque!

Une petite hésitation, et hop! ça descend tout seul. Ou presque!

 

Et puis la spéléo c’est aussi du sport ! Les cris fusent, les rires aussi, les encouragements ne manquent pas: hop hop hop, une petite descente en rappel, et les voilà sur le plancher des vaches. Une fois rassurés, ils sont ravis d’être descendus plus rapidement qu’ils étaient montés.

D’ailleurs celle qui a eu le plus peur, n’est-ce-pas la maîtresse ?!

Cette première journée de découverte, c’était aussi l’occasion de voyager, et de réviser sa géographie. Car José les a emmené en Patagonie. Où ça?

Au Chili, là ou il pleut pas des cordes tous les jours mais presque, ou on doit s’accrocher au lapiaz (des roches très coupantes) pour éviter que le vent nous emporte! Ils ont découvert la vie des explorateurs dans les conditions difficiles et froides de l’expédition Ultima Patagonia 2014.

Nul doute que leurs rêves les ont emmenés dans ces paysages à la fois magiques et désolés de ces îles calcaires inhabitées.