Archives pour la catégorie Média

Ressources libres pour les média

Li frèt, li gwo !

Le départ, c’est déjà pour le lendemain. Mais il reste quelques heures encore pour découvrir les merveilles du travail de l’eau.

Les marmites par exemple. Les résurgences et les cascades.

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

Les falaises majestueuses.

Les grottes décapitées aussi.

 

 

 

Comment?

Grotte Sarrazine (speleo_usf.blogspot.fr)

Grotte Sarrazine (speleo_usf.blogspot.fr)

une salle tellement grande que la classe tiendrait dedans ? Voire quelques bâtiments de l’école ! C’est dire l’immensité de cette Salle Sarrazine.

Qui a parlé de claustrophobie et espaces étroits en spéléologie ?

 

 

Et puis la spéléologie, c’est aussi l’occasion de faire de la pêche et parfaire ses connaissances biologiques.

Découvrir les habitants de l’étang formé au pied de la Salle.

L'utilisation de l'appareil de prise de mesures

L’utilisation de l’appareil de prise de mesures

Les différents stades d’évolution du têtard, voire du triton. Ou même de la salamandre. On évitera les sangsues quand même.

Et c’est quoi ce trou d’eau? et bien ç’est un siphon, et ça fonctionne comme dans l’évier de la salle de bains ou la cuisine, sauf qu’ici l’eau en période de grandes pluies est aspirée par ce siphon d’apparence si calme aujourd’hui, et pouf, elle ressort de cette cavité que l’on aperçoit au loin dans la falaise. La légende dit que Madame Billard a été aspirée tellement le courant était fort, et le corps rejeté dans la résurgence, bien plus loin… d’ou le nom du fameux creux Billard.

 

 

Source du Lison (www.besac.com)

Source du Lison (www.besac.com)

Bizarrement, au moment de se baigner à la source du Lison, peu de volontaires vont au delà de tremper les orteils pour attraper les cousins des rivières des niphargus qu’on a observé en grotte. Que dit le thermomètre ? ah oui, 9 degrés…. C’est pas chaud, hein ? ok, on se baignera à la piscine du centre.

 

Mais quand même rapidement les jeux d’eau sont créatifs. Le foot ou le ping-pong pratiqué au centre prennent une nouvelle dimension, chevelue, filandreuse, humide : au menu, bataille d’algues.

Bon, c’est vrai quoi maîtresse, on peut pas non plus apprendre tout le temps, et il faut bien mettre le cerveau au repos de temps en temps…

Alors ce soir, fatigués enfin ? que nenni, et hors de question de rater la super boom du dernier soir. Mais c’est ici que se finit notre récit…. 

Quelques mots pour la fin

REX  (mais non, pas le tyrannosaure !)

On s'amuse beaucoup en spéléo!

On s’amuse beaucoup en spéléo!

Les enfants sont enchantés.

Souvent une première expérience loin des parents, cette classe verte a en plus permis aux élèves de mieux se connaître en confrontant certaines peurs, comme celle du noir, et de créer des liens solides d’entraide et de vie en commun.

Parions que l’an prochain, Mme Rodrigues leur proposera un programme tout aussi passionnant. Et nous, nous avons hâte de les retrouver sous terre un de ces jours !

 

Graines d’explorateurs

« C’était trop bien d’aller sous terre! »

Voilà, c’est déjà fini. Les 23 élèves de CM1 de l’école internationale Robert Schuman de Strasbourg qui ont participé à la classe pilote de spéléologie dans le Doubs du 17 au 21 juin derniers sont de retour à la surface. Mais leur découverte des grottes les aura fait voyager bien plus loin en eux et dans leur imaginaire que les quelques mètres parcourus sous terre !

le Centre les Fauvettes, Levier, Doubs

Centre les Fauvettes, Doubs

Accompagnés par Mme Rodrigues, leur professeur, Yann Dabrowski et de Marie-Pierre Lalaude-Labayle, chef de l’expédition Anba Macaya, Verticales souterraines, les élèves sont arrivés à Levier, au centre de loisirs et de classes nature agréé par le Ministère de l’éducation, mardi matin.

Le programme de la classe était très varié, pour leur permettre d’établir le cycle de l’eau en milieu karstique, de la source à la résurgence. Et très complet aussi !

A peine installés, ils enfilaient déjà un baudrier, et découvraient les joies du parcours sur corde et de la tyrolienne.

Tous parés? attentifs, les élèves apprennent comment régler leur matériel

Tous parés? attentifs, les élèves apprennent comment régler leur matériel

Une première journée durant laquelle ils se sont familiarisés avec le vocabulaire spécifique à la spéléologie et au milieu souterrain et se sont préparés à leur première sortie sous terre du lendemain.

 

 

 

les filles se préparent à explorer les grottes

les filles se préparent à explorer les grottes

 

Mercredi matin, difficile pour eux de cacher leur excitation !

Ce mélange d’appréhension et de curiosité, carburant de l’explorateur, en a submergé plus d’un.

Ou d’une, car les filles n’étaient pas en reste !

 

 

Les élèves étaient encadrés par deux moniteurs Brevetés d’Etat choisis pour ce programme pilote défini en collaboration avec José Mulot, conseiller technique de la Fédération Française de Spéléologie.

Cette première découverte du milieu souterrain a permis aux encadrants d’aborder différentes thématiques, comme l’histoire, la géologie, le dessin, la physique ou la chimie.

Le moniteur BE explique des règles de base de la spéléologie

Le moniteur BE explique des règles de base de la spéléologie

 

Deux demis groupes étaient constitués et ont alterné les activités.

 

 

 

L’un en forêt pour découvrir, au delà des résurgences et des habitants des rivières, les propriétés des roches.

« Quand une pierre est faite de calcaire, il y a de la mousse blanche qui apparait quand on verse de l’acide chlorhydrique dessus.  Ça fait des bulles. Mais pas sur la pierre volcanique.»

Comment réagissent donc les roches à l'application d'acide chlorhydrique?

Comment réagissent donc les roches à l’application d’acide chlorhydrique?

 

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

Première approche de la grotte des Faux Monnayeurs

 

L’autre groupe a évolué sous terre. Les enfants ont pénétré graduellement dans les profondeurs de la grotte des Faux monnayeurs où la sécurité liée à cet environnement spécifique a été soulignée : « la chose la plus précieuse dans cette grotte c’est vous ! ».

 

 

L'utilisation de l'appareil de prise de mesures

L’utilisation de l’appareil de prise de mesures

 

Le VTT prend une toute nouvelle signification aussi. Point de roue ni de balade en forêt, les mains crispées sur le guidon.

Aujourd’hui, le VTT c’est l’appareil qui permet de prendre des mesures de luminosité, de température de l’eau ou de l’air.

 

Les élèves réfléchissent sur les mesures qu'ils ont prises

Les élèves réfléchissent sur les mesures qu’ils ont prises

 

 

 

Chemin faisant, les élèves ont pu aussi échanger avec Olivier et Stéphanie, les membres de l’expédition Anba Macaya qui les avaient rejoint la veille. C’était aussi l’occasion de discuter des différences avec les cavités explorées en Haïti,  ou la manière dont la ressource eau est utilisée dans le pays.

 

Une petite hésitation, et hop! ça descend tout seul. Ou presque!

Une petite hésitation, et hop! ça descend tout seul. Ou presque!

 

Et puis la spéléo c’est aussi du sport ! Les cris fusent, les rires aussi, les encouragements ne manquent pas: hop hop hop, une petite descente en rappel, et les voilà sur le plancher des vaches. Une fois rassurés, ils sont ravis d’être descendus plus rapidement qu’ils étaient montés.

D’ailleurs celle qui a eu le plus peur, n’est-ce-pas la maîtresse ?!

Cette première journée de découverte, c’était aussi l’occasion de voyager, et de réviser sa géographie. Car José les a emmené en Patagonie. Où ça?

Au Chili, là ou il pleut pas des cordes tous les jours mais presque, ou on doit s’accrocher au lapiaz (des roches très coupantes) pour éviter que le vent nous emporte! Ils ont découvert la vie des explorateurs dans les conditions difficiles et froides de l’expédition Ultima Patagonia 2014.

Nul doute que leurs rêves les ont emmenés dans ces paysages à la fois magiques et désolés de ces îles calcaires inhabitées.

Communiqué: L’expédition Anba Macaya, pour valoriser les valeurs éducatives de la spéléologie auprès d’une classe de CM1 de Strasbourg

D’où vient l’eau en bouteille ? Où va l’eau des égouts ?

C’est en parallèle de l’expédition spéléologique « Anba Macaya, verticales souterraines » que des élèves de CM1 de Strasbourg ont étudié le cycle de l’eau. De l’Alsace en passant par Haïti, ils ont poursuivi leur cursus scolaire en suivant cette épopée Caribéenne. Ils ne se doutaient pas que cela les mènerait sous terre, dans le Doubs !

Du 17 au 21 juin 2014, lors d’une classe verte organisée par Mme Anabelle Rodrigues, professeur des écoles en poste à l’école internationale Robert Schuman de Strasbourg, et coordonnée par la Fédération Française de Spéléologie pour qu’elle soit une classe pilote,
ces 25 élèves découvriront des grottes tout en réfléchissant aux moyens de préserver l’eau, cette ressource naturelle fragile.  Qui sait ce qui les attend au fond des cavernes ? 

De l’eau et des lettres

Tout commence avec l’idée d’une correspondance entre les élèves de la classe de CM1 de Madame Rodrigues et les membres de l’équipe de l’expédition spéléologique en Haïti, « Anba Macaya, Verticales souterraines » qui se déroulait du 21 septembre au 1er novembre 2013. Le projet évolue, et l’objectif est de relier l’étude du cycle de l’eau en milieu urbain – un sujet qui figure au programme scolaire – avec la présence de l’eau dans le milieu souterrain. Des origines de l’eau du robinet en passant par le devenir des eaux usées, les élèves se sont demandés d’où venait l’eau des sources et des grottes. Et de corde en descendeur, ils se sont intéressés à cette pratique méconnue, la spéléologie.

Rapidement, les idées fusent et un projet plus complet prend forme, car Mme Rodrigues est séduite par la multiplicité des apports de la spéléologie à l’éveil de l’enfant.

« La spéléologie permet de travailler dans des domaines disciplinaires très variés : Langue française, EPS et sciences, mais également environnement et développement durable, géographie, informatique… » souligne-t-elle. Et elle ajoute « Il s’agit de progression spéléologique certes, mais j’y vois surtout de véritables progressions dans le vivre ensemble ».

Une classe pilote pour la Fédération Française de spéléologie (FFS)

Devant tant d’enthousiasme, de là à ce que l’initiative se transforme en une classe pilote nationale en matière de la promotion de la spéléologie en milieu scolaire, il n’y avait qu’un pas. Et José Mulot, Conseiller Technique National, l’a franchi. Pour le pôle développement de la FFS, cette classe de découverte de spéléologie est pilote car elle sera transposable tant sur la forme que sur son contenu à d’autres classes mais aussi aux Accueils Collectifs de Mineurs (ACM) qui sollicitent souvent la FFS.

Des petits découvreurs en baudrier

Marie-Pierre Lalaude-Labayle, qui a déjà eu la chance de rencontrer les élèves deux fois en 2013 avec d’autres membres de l’expédition, se réjouit de cette classe verte. « L’équipe est très contente de partager son expérience avec les élèves. Leur curiosité et leur perspicacité sont incroyables et participer à un projet où l’école nourrit pleinement leur envie d’exploration nous fait extrêmement  plaisir ».

Gageons qu’à l’issue de cette classe, les élèves auront pu apprécier le fruit du travail millénaire de l’eau. Et ils devraient être en mesure d’établir le cycle de l’eau en milieu karstique, de la source à la résurgence. Ils partageront avec nous en cours de classe leurs découvertes et impressions, via des textes, des dessins et des témoignages vidéo. Nous pourrons alors leur demander de répondre à la question L’eau est-elle une ressource inépuisable ?

Contact: Stéphanie Jagou, Chargée des communications pour l’expédition, media@expedition-anba-macaya.fr   –    +33 (0)6 31 85 77 80

Des photos libres de droits sont disponibles sur demande. Le dossier de presse de la classe de découverte est téléchargeable ici: DP-Classe-pilote-speleo-juin2014

Pour en savoir plus sur l’expédition:

FB : Anba Macaya Verticales Souterraines

www.grottesdhaiti.org

Communiqué de presse de fin d’expédition

Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous…

Ils se sont cassés les dents sur le lapiaz, mais ils ont découvert un majestueux canyon.

De retour de l’expédition, les membres de l’équipe partagent leurs découvertes. Douloureuses démangeaisons, foulures et autres menues blessures sont reléguées au rang des souvenirs. Reste la performance sportive, en seulement 6 semaines, de la découverte d’une centaine de gouffres. Et le récit en images d’une épopée humaine dans les entrailles de la Terre.

Communiqué de fin d’expédition Anba Macaya

Photos libres de droit pour illustrer un article lié à l’expédition. Nous contacter pour toute autre utilisation.

Matthieu Thomas découvre le canyon de la Ravine Casse-cou. Photo: Jean-François Fabriol

Matthieu Thomas découvre le canyon de la Ravine Casse-cou. Photo: Jean-François Fabriol

tet-lacul-OT174207-ot-s

La résurgence Tèt L’acul- Photo: Olivier Testa

gouffre-perdu-OT282744-ot-s

Pascal Orchampt découvre le gouffre Perdu, un aven borgne de 30 m de profondeur – Photo: Olivier Testa

reunion-ssbois-P9250054-jff-m

Rencontre avec les habitants de Sous-Bois – Photo: Jean-François Fabriol

Photos à l’appui, Marie-Pierre Lalaude Labayle présente aux habitants réunis les objectifs de l’expédition dans les grottes de la région.

 

Une épopée spéléo en Haïti à suivre sur Futura Sciences

Futura Sciences suit l’expédition sur son site www.futura-sciences.com

Retrouvez sur notre blog les articles publiés.

Les premières conclusions de l’expédition

Les spéléologues de l’expédition Anba Macaya ont quitté Haïti et le massif karstique qu’ils ont parcouru dans les trois dimensions pour en découvrir le réseau de grottes et de cours d’eau souterrain. Bilan : 95 gouffres explorés, trois rivières souterraines et des résurgences inconnues. Un regret : les spéléologues n’ont pas découvert la grande rivière espérée. En contact avec Futura-Sciences, les membres de l’équipe vous ont fait vivre leur aventure.

gouffre-perdu-OT282744-ot-s

Pascal Orchampt découvre le gouffre Perdu, un aven borgne de 30 m de profondeur – Photo: Olivier Testa

Les spéléologues dans les verticales souterraines

Les avancées de l’exploration après 4 semaines sur le terrain.

SOUBWA_P9270273_JEFF_M

Les secrets des grottes Haitiennes

Matthieu Thomas, géologue, nous explique la structure de ce grand massif karstique que l’érosion a trépané, arasant la partie supérieure et découvrant ainsi de profondes cavités creusées dans le calcaire par les eaux souterraines. A visionner ici: http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-exclu-video-anba-macaya2-secrets-grottes-haitiennes-49430/

211-(19)

Une épopée spéléo en Haiti

Durant six semaines, l’équipe de l’expédition intitulée « Anba Macaya, verticales souterraines », va explorer un réseau inconnu de grottes et de rivières souterraines en Haïti. L’enjeu est géologique, géographique, économique et humain, dans une région peu explorée, riche d’une forêt primaire d’altitude.

TROUZONZON_P9270324_SJ_M